Podor

Podor
Podor,  à 215 km à l’est de Saint-Louis du Sénégal et à 485 km de Dakar, ville la plus septentrionale du pays est l’ancienne capitale d’un des premiers royaumes de la région, le Tekrour, établi au XIème siècle.

Par la suite, la ville devint un comptoir colonial dans le commerce des esclaves, de l’ivoire et de la gomme. Podor se trouve au cœur de la région historique du Fouta-Toro.

Dans le Fouta, à l’extrême nord du Sénégal, en bordure du fleuve, Podor occupe un site très anciennement habité, un très vieux point de rencontre et d’échanges entre les Maures du désert et les populations sédentaires de la région. Dès 1744, les commerçants européens y bâtirent un premier fort de traite, reconfiguré en 1854 par le général Faidherbe pour lancer l’occupation coloniale. Devenu gouverneur de la colonie, ce dernier conforta Podor dans son rôle d’escale de traite.

Jusqu’à l’indépendance, Podor sera une véritable métropole de la moyenne vallée, un centre de redistribution entre le Fouta Central et le Sud Mauritanien.

Podor est aux portes de l’Ile à Morphil. Cette longue bande de terre plus ou moins marécageuse, enfermée entre le fleuve Sénégal au nord et le marigot du Doué au sud, conserve des villages typiques. Leurs mosquées anciennes, constructions en terre centenaires, sont le témoignage de l’empire Toucouleur constitué par El Hadj Omar, natif d’Alwar.

Cette région est encore très authentique avec son habitat en banco et ses traditions fortement ancrées. Elle est parsemée de vestiges d’une histoire mouvementée au cours de laquelle Islam et colonisation se sont confrontés.

Un parcours thématique permet de découvrir les vestiges de ce passé toujours bien conservé par la tradition orale, un art de vivre et un artisanat encore très marqués par les coutumes.

En 2007 (estimations officielles), Podor comptait 11 869 habitants. La population est musulmane à 99%.
La ville est divisée en six quartiers : Sinthiane, Lao Demba, Mbodjène, Bir Podor, Thioffy et Souima.
D’un point de vue étymologique, le nom de Podor pourrait faire référence aux pots d’or vendus aux premiers commerçants dans cette région aurifère, probablement au XVIIe siècle.

Lire : le Fort de Podor

 Les lettres du chevalier de Boufflers à sa femme (Lettres d’Afrique à Madame de Sabran) nous montrent ce qu’est un fort du roi de France, sur le fleuve Sénégal :

  • en 1785 : « Je compte arriver à Podor aujourd’hui malgré les vents contraires, parce que j’ai envoyé des gens du pays par des sentiers raccourcis prier le roi des Maures de m’envoyer des chevaux …
    Tu voudrais peut-être savoir le présent que je lui apporte ? Un manteau d’écarlate galonné d’or, dix pièces de guinée bleue, un fusil fin à deux coups, une belle paire de pistolets, vingt gros grains d’ambre, une belle filière de corail, avec des miroirs, des ciseaux, des peignes …, pour la reine. Tous les seigneurs et toutes les dames de sa cour auront des présents proportionnés à leur dignité…
    Adieu. Je vois une troupe de Maures sur la rive avec des chevaux de main, je vais descendre à terre et monter à cheval pour entrer triomphalement dans ma citadelle. »
  • en 1788  : « Oh ! mon enfant, le vilain lieu et les vilaines gens ! Ce pauvre Sénégal, dont je t’ai fait de si tristes peintures, est un Louvre, un Élysée en comparaison. Je suis accablé d’affaires et de chaleur; je n’ai que le temps de t’embrasser. Je me sens plus faible et plus lourd que je ne l’ai encore été, et j’ai même ordonné, si cela durait, que mon bâtiment fût prêt à partir demain matin, parce que je ne veux mourir qu’entre tes bras… Il passe à la vérité pour, le poêle de l’Afrique; mais il passe encore tout ce qu’on en dit. Le thermomètre en dit plus que personne; car je l’ai pendu vers une heure et demie à la muraille, en dehors, au soleil, et l’esprit de vin a touché l’extrémité du tube, en sorte qu’on a été obligé de dépendre le thermomètre et de le rentrer, de peur qu’il ne cassât, d’autant plus qu’il était si brûlant que mes gants en ont été marqués. Je ne t’ai pas dépeint le maudit fort où je suis. C’est une cour carrée entourée de quatre mauvais bâtiments à rez-de-chaussée, sans plancher, sans plafonds, couverts de planches mal jointes, et dans chaque coin des espèces de tourelles, dans l’une desquelles demeure le commandant. La garnison, composée de vingt soldats agonisants, demeure dans une espèce d’écurie, à côté de la porte; le reste est destiné pour des magasins où il n’y a presque rien, et où tout se gâte en peu de temps par l’excès de la chaleur. En sorte qu’après y avoir encore réfléchi, et après m’être assuré de l’inutilité parfaite de ce poste-là, je pourrais bien, d’ici à mon départ, le faire raser. »


Agrandir le plan


Accès aux pages des principaux villes & villages du Sénégal :

PAS ENCORE DE COMMENTAIRES

Commencez une conversation

PAS ENCORE DE COMMENTAIRES !

Commencez une conversation.

Only registered users can comment.